Accueil Non classé LA MUSIQUE CLASSIQUE E2

LA MUSIQUE CLASSIQUE E2

0
0
28

LA MUSIQUE CLASSIQUE

(épisode 2 :le Baroque. 1600-1759)

 

 

La période retenue pour l’époque baroque s’étend de 1600 à 1759, surtout vers la fin. De suite je repère les premières remarques. Pourquoi nous répéter les dates alors qu’elles sont déjà dans le titre. Et bien chers lecteurs vous l’aller le découvrir plus loin et vous dire, en apparté et en vous même, : »finalement il a raison ce con ».

Suivez bien.

 

François Couperin (fils d’un célèbre chirurgien de l’époque). Il aimait à dire: « Venez voir mon Couperin lorsque je dîne », Marc Antoine Charpentier (descendant de Joseph et Marie), Jean Baptiste Lully, casse pied de première est mort subitement après trois mois d’agonie pour s’être fracassé un orteil avec son bâton de chef d’orchestre. Marin Marais ( arrière arrière arrière grand père de Jean, l’acteur. Il ne devient vraiment amusant que lorsqu’il est saoul). Jean Phillipe Rameau (né sur l’île de Pâques), Jean Sébastien dit « Seb » Bach (dont le premier métier fut passeur mais dont nous retiendrons qu’il fuguait déjà tout petit), Domenico Scarlati (inventeur de la maladie qui porte son nom), Giovanni Batista Pergolesi (qui démarra dans le bâtiment en second œuvre), Il y avait également deux Tomaso Albinoni mais un seul fit de la musique. L’autre fit du bruit.

 

Nous devons tous aimer et dire : »vive Aldi » (propriétaire d’une chaîne de magasins éponymes, ouverts durant les quatre saisons, mais qui a toujours rêvé d’être en curé avec une calotte. Il y arriva mais fut défroqué par la suite. Également grand gourmet et très bon cuisinier c’est lui qui a vulgarisé l’utilisation de la mandoline. Il créa également la pizza quatre saisons). Vive Aldo aussi mais ca n’a rien à voir avec notre sujet et c’est pas du cinéma), Johan pachelbel (fabricant de canons), Henry Tournelle (dont les airs sont faciles à retenir même encore de nos jours), Henry Purcell (sans en avoir l’air, à une lettre prêt on se foutais de sa gueule toute sa vie) et pour faire court Georg Friedrich Haendel, (1685-1759) d’origine allemande, naturalisé britannique (grâce à son nom qui signifie main. Dieu sait que ce fut un sacré branleur celui là!) ; sa mort est également associée à la fin de la période baroque; morts tous les deux complètement (lui et la période) entre le début et la fin de 1759. Ce très grand compositeur visionnaire a volontairement décidé de disparaître à l’âge de 74 ans afin de copier les futurs très grands interprètes et célébrités diverses devant (et derrière) décédées également à la fin de leur vie et au même âge tels que Gilbert Becaud, Jean Claude Brialy, Jean Pierre Cassel, Jean Cocteau et sa copine qui se marrait des gens, la Comtesse de Ségur, Pierre de Coubertin, Stan Laurel, Catherine Langeais, Mohamed Ali et celui qui vient juste de commencer notre regretté Johnny Halliday (le tout dans le désordre hélas, comme disent les joueurs de poker).

 

Parlons maintenant de leur maître à tous, j’ai cité Johannes Chrysostomus Wolfgangus Théophilus Mozart (là je ne déconne pas c’est son vrai patronyme) plus connu sous  le nom déposé à la société des auteurs du moment, la SAB (Société des Auteurs de Baroque dont le siège fut installé à Stockholm sous la conduite du célèbre pilote Yoan Luc Strauss Scan dit Navie) Wolfgang Amadeus Mozart (plus facile pour remplir les papiers de la CAF), né à Salzbourg le 27 janvier 1756 et mort à Vienne le 5 décembre 1791 d’un arrêt du cœur. Son plus grand regret fut de rater les fêtes de noël à quelques jours prêt.

Véritable Don Juan W.A Mozart me direz vous n’est t’il pas lui aussi un cas baroque? Et bien jeunes rebelles écervelés, notre prodige Salzbourgeois qui plus est Autrichien, n’a que trois ans à la mort du disciple britannique d’Onan précédemment évoqué, Haendel. Or, nous le savons (toujours de Marseille) tous, cet artiste (jeune pro dis je), ne nous fit part de ses talents qu’un an plus tard en 1760. Faites rapidement le calcul pourtant simple. Que trouvons nous comme résultat? Je vous demande de vous concentrer. Et bien oui il eut quatre ans cette année là. Attendais t’il une année à chiffre rond pour annoncer sa supériorité musicale créatrice? Que nenni il ne voulait pas être superstitieux sachant que cela portait malheur. Seule la modestie de l’interprète débutant le retenait d’en parler avant. Dés l’âge de six ans il étonnait à improviser, déchiffrer et interpréter les partitions. Virtuose du pianoforte, ancêtre du piano, notre bambin autrichien se révéla vite être un  morpion de la première heure. Il fit les quatre cents coups, bien avant Truffaut (pas le pépiniériste, l’autre), et fit tourner son père Léopold en bourrique. « Ne me prend pas pour un âne tu vas finir au violon » lui répétait t’ils en continu « et croit moi, pour un musicien c’est pire que la prison ». Encore de nos jours l’expression est restée. Ce n’est pas pour rien que nous voyons encore dans les orchestres symphoniques, du premier violon en passant par l’alto, le violoncelle et jusqu’à la contrebasse, tous ces beaux messieurs en queue de pie ainsi que ces belles dames, en robes de soirée noires, être placés le plus possible devant par le chef afin qu’il puisse les surveiller tout à loisir.

Ce facétieux gamin, que l’on surnomma rapidement « la flûte », fut enchanté de voir l’influence galopante acquise au fil des années tout du long de sa carrière. Le roi de France, alors installé entre Bourg La Reine et Choisy le roi, lui fit les honneurs dus aux plus grandes personnalités de l’époque.

 

Voilà une partie non exhaustive de ces auteurs qui nous font prendre de la hauteur grâce au hache aspiré et même inspiré. Bien sûr cette liste n’est pas exhaustive. Non pas que je ne les ai pas tous répertoriés mais surtout à cause du fait que je n’ai pas pu rajouter une connerie après chacun de leur nom pour tenter de vous faire sourire. J’espère toutefois y être un tant soit peu parvenu…(poil au nez).

 

À suivre…

 

Aller à dix chats

 

Michmich Debordo.

  • ABECEDAIRE DU GOLFEUR

    ABECEDAIRE DU GOLFEUR (Chaque trou, chaque coup est unique)     Chaque trou à sa…
  • POÉSIE

    POÉSIE (Ou comment nous mettre l’habit vert en déroute)       La poés…
  • HENRIETTE

    HENRIETTE (Une autre petite historiette du Mans).   À l’époque pas si reculée d…
Charger d'autres articles liés
  • ABECEDAIRE DU GOLFEUR

    ABECEDAIRE DU GOLFEUR (Chaque trou, chaque coup est unique)     Chaque trou à sa…
  • POÉSIE

    POÉSIE (Ou comment nous mettre l’habit vert en déroute)       La poés…
  • HENRIETTE

    HENRIETTE (Une autre petite historiette du Mans).   À l’époque pas si reculée d…
Charger d'autres écrits par duchourain
  • ABECEDAIRE DU GOLFEUR

    ABECEDAIRE DU GOLFEUR (Chaque trou, chaque coup est unique)     Chaque trou à sa…
  • POÉSIE

    POÉSIE (Ou comment nous mettre l’habit vert en déroute)       La poés…
  • HENRIETTE

    HENRIETTE (Une autre petite historiette du Mans).   À l’époque pas si reculée d…
Charger d'autres écrits dans Non classé

Laisser un commentaire

Consulter aussi

LA MUSIQUE CLASSIQUE E1

LA MUSIQUE CLASSIQUE (épisode 1 naissance de l’opéra).     Claudio Monteve…